500 avions de combat et arrivée du Venom

Dans les années 50 la planification de l’armée prévoit de disposer de 500 avions de combat.  La rapide progression de la technologie fait que le Vampire perd rapidement son titre de chasseur le plus récent.

En 1952, la production des Vampire est donc arrêtée, tant  en Angleterre qu’en Suisse. Toutefois la Fabrique fédérale d’avions assemble encore en 1960,  3 DH-100, les  J-1080 à J-1083  à partir de pièces non utilisées. 

 Quant au DH-112 Venom, issu de perfectionnements marquants du Vampire, il pointe le bout de son nez. Ainsi donc la fabrication en  suisse de 250 avions de ce type est approuvée et les premières machines livrées dès 1954.  Le Venom est affecté au combat aérien,

Premier essai d’atterrissage et de décollage sur autoroute

C’est en 1970 qu’ont eu lieu en Suisse les premiers essais d’atterrissage et de décollage des avions de combat Venom-DH-112 sur un tronçon du nouveau réseau d’autoroutes.
Les utilisateurs actuels du réseau d’autoroutes en Suisse ne se rendent guère compte du caractère récent de cette réalisation qui leur semble aller de soi. C’est certes en 1955 que s’ouvrit le premier tronçon quasi autoroutier de Suisse, soit la route de sortie de Lucerne Sud, suivie en 1963 par l’autoroute Lausanne-Genève à l’occasion de l’Expo 64 de Lau- sanne.

La date de naissance officielle des autoroutes devrait être en fait le 21 juin 1960, lorsque fut promulgué l’arrêté du Conseil fédéral sur le réseau des routes nationales. A l’époque, le plus long trajet autoroutier continu Berne-Lenzbourg (85 km) a été ouvert au trafic le 10 mai 1967 après l’achèvement du tronçon Oensingen-Hunzenschwil.

Les exigences des troupes d’aviation à la recherche de pistes d’appoint ont été prises en compte lors de la planification du réseau. Des tronçons absolument rectilignes d’environ 2 km ont été prévus à divers endroits. Les barrières de sécurité ont été remplacées par des câbles d’acier que les troupes pouvaient au besoin enlever en quelques heures. Un tel tron- çon d’autoroute pouvait être utilisé par les avions après le nettoyage et le marquage de la piste ainsi que l’établissement des liaisons radio.

Le premier tronçon ainsi utilisé a été celui d’Oensingen le 16 septembre 1970 de 12h à 15h. Ce fut un exercice militaire typique de la période de la guerre froide. Il fallait garder le secret le plus strict possible et éviter de divulguer les informations, y compris la date de l’exercice. Mais, déjà à cette époque, un événement de ce genre ne pouvait être caché, si bien qu’une foule de spectateurs assista à ce spectacle fascinant relaté par les médias.

L’exercice accompli par le régiment d’aviation et d’aérodrome 3 avec les Venom DH-112 imposait de grandes exigences tant à l’infrastructure qu’aux pilotes. Il s’est très bien déroulé et a fourni une base d’expériences mises à profit lors d’essais ultérieurs sur d’autres tronçons du réseau. Plusieurs de ces troncons ont été «déclassés»

Le J-1643 à Sion pendant le service actif en 1981, actuellement propriété d’Eric Chardonnens et…. bientôt de retour à Sion !
Un grand merci

A la rédaction de l’Illustré qui a autorisé la reproduction de l’article publié dans son édition du 12 août 1981, que le webmaster a retrouvé dans ses archives !

Photos ci-dessous Archives Base aérienne Sion
Triste fin…

                       Journal Le Nouvelliste,11 novembre 1983

 

Extrait d’un document RTS de 5’30 min